Chorégraphies
Le Corsaire
8 fév 2021
Le Corsaire

Ballet de l’Opera de Rome

  • Ballet en deux actes
  • Livret de Vernoy De Saint Georges et Joseph Mazilier d’après Le Corsaire de George G. Byron
  • Chorégraphie: José Carlos Martínez (d’après M. Petipa)
  • Musique: Adolphe-Charles Adam, Cesare Pugni, Léo Delibes, Riccardo Drigo
  • Arrangement musical: Alexei Baklan
  • Scénographe et costumier: Francesco Zito
  • Concepteur lumière: Vinicio Cheli
  • Chorégraphe assistante: Agnes Letestu
  • Décors et costumes du Théâtre de l’Opéra de Rome

* Première mondiale par le Ballet de l’Opéra de Rome le 1er mars 2020

Ballet du Théâtre National Slovène de Ljubliana

Le Corsair

Le Corsair

  • Ballet en deux actes
  • Chorégraphie: José Carlos Martínez (d’après M. Petipa)
  • Livret: Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges d’après les motifs du poème Le Corsaire de George Noel Gordon Byron
  • Musique: Adolphe-Charles Adam et Cesare Pugni, Léo Delibes, Riccardo Drigo
  • Arrangement musical: Alexei Baklan
  • Scénographe: Matej Filipčič
  • Dessins: Dejan Mesarič, Nastja Miheljak
  • Concepteur des costumes: Iñaki Cobos Guerrero
  • Concepteur lumière: Jasmin Šehić
  • Chorégraphe assistante: Anael Martín
  • Assistante décoratrice: Nastja Miheljak
  • Décors et costumes par Theatre Workshop SNG Opera in balet Ljubljana et SNG Drama Ljubljana

* Première le 23 septembre 2020 avec le Ballet de l’Opéra de Ljubliana

Extraits de l’entrevue avec la chorégraphe par Natasa Jelie

J’ai pensé qu’il était raisonnable de faire une version «épurée» du ballet, composée de deux parties, c’est-à-dire un conte de fées, semblable à Giselle ou Casse-Noisette. J’ai également opté pour une dramaturgie simplifiée, tissée autour des personnages principaux de Medora et Conrad. J’ai mis en place la structure du ballet à l’avance, bien sûr, puis plus tard ou, j’ai transmis mes idées aux danseurs dans les studios de répétition de l’Opéra de Ljubljana et j’ai essayé de trouver le meilleur moyen pour eux de présenter l’histoire au public.

Comme d’habitude, j’ai écrit le livret de ma version du Corsaire par moi-même, car je veux toujours raconter l’histoire à ma façon. J’ai confié la lecture du livret à mes collègues, mais uniquement pour vérifier sa compréhensibilité. J’ai trouvé l’inspiration pour l’histoire comme dans le poème de Lord Byron, ainsi que dans la partition originale d’Adolphe Adam, que j’ai également modifiée si nécessaire. Comme je l’ai déjà mentionné précédemment, mon intention n’était pas de faire une version entièrement nouvelle de ce ballet, mais seulement une version plus compréhensible et épurée. L’histoire du Corsaire n’étant pas aussi familière au public que celles de Casse-Noisette ou de Giselle, sa structure devait être simple. Pendant ce temps, la tâche des danseurs sera de présenter l’histoire au public aussi directement et couramment que possible. Par conséquent, ce que le public pourra voir, c’est une histoire d’amour entre les deux principaux protagonistes, leurs compagnons bien connus Gulnare, Birbanto, Lankendem, les pirates et le riche Pacha dont le but est de séduire la fille bien-aimée de Conrad …

J’ai conservé toutes les parties traditionnelles du ballet et parmi elles, bien sûr, le Pas de deux, l’un des fragments de ballet classique les plus célèbres et les plus fréquemment interprétés, qui est devenu populaire parmi le public notamment dans son interprétation par les danseuses de ballet inégalées Margot Fonteyn et Rudolf Noureev. Les spectateurs reconnaîtront également toutes les autres scènes traditionnelles de ce ballet: Pas d’esclave, Le jardin animé, Pas de trois des odalisques… etc. Je me suis aussi permis de jouer avec le matériel de mouvement laissé cette fois par Patipa. Ainsi, je n’ai conservé que la forme des scènes et juste une partie des décors et des étapes originaux du ballet, et j’ai chorégraphié le reste moi-même. Mais je suis tout à fait certain que les spectateurs reconnaîtront dans ma chorégraphie, qui bien sûr n’est pas entièrement classique, quelques détails qui ressembleront fortement à celui qui fut autrefois conçu par le grand maître Petipa.

Bien que j’aie utilisé le temps que nous avions à la maison pendant le verrouillage du coronavirus pour réfléchir à mes nouveaux projets, j’ai également eu un peu de temps supplémentaire pour reconsidérer tout le matériel chorégraphique que j’ai fait pour Le Corsaire. J’ai donc décidé de changer «une chose ou deux» pour que nous puissions enfin voir dans cette première reportée, la version plus «mature» du ballet.

Parfois, les chorégraphes changent de chorégraphie lorsqu’ils reviennent dans la Compagnie pour la relance de leur ballet et en règle générale, sa «deuxième» version est bien meilleure car ils ont le temps de réfléchir au travail qu’ils ont fait. Ici, j’ai eu ce temps supplémentaire avant la première, donc plutôt que toute autre chose, j’ai choisi de l’embrasser comme une opportunité très bienvenue.

  • Share/Bookmark


Commenter - Comentario - Reply