Danseur
21 juin 2010

Il est étonnant de le voir se mouvoir « faible, en état de manque » [...]
Le torse bombé par l’interprétation des princes classiques, Martinez sembla avoir reçu un coup au plexus qui l’a définitivement enfoncé. C’est de ce point en creux que part son mouvement.
Il ondule à la manière d’un wave dancer, prend appui sur le sol, [...]


21 juin 2010

Dans Les Syphides, José Carlos Martinez fut le meilleur poète que j’aie jamais vu. Martinez réussit à composer un mélancholique tout en dansant comme un homme plein d’énergie. Son phrasé est superbe, et il tient sa grande arabesque comme un cormorant dans son vol glorieux. Martinez a été magnifique dans ce rôle poétique.
Danse Europe
E. Manning


21 juin 2010

José Carlos Martinez a su donner une sensibilité et une originalité au personnage du prince Siegfried. Il danse magnifiquement. Tours, batteries, équilibres sont exceptionnels. Mais c’est l’acteur inspiré qui m’a semblé passionnant.
Les Saisons de la Danse
A.P Hersin


21 juin 2010

Mats Ek permet à José Carlos Martinez d’affirmer au grand jour ses exceptionelles qualités.
Physique à la Greco, Martinez est d’une incontestable beauté et il danse avec autant de personnalité que de technique. Son Hilarion, si sombre, si meurtri, aigu dans sa maladroite douleur, impressionnant dans le tranchant de sa gestuelle, est une immense composition de [...]


21 juin 2010

C’était merveille de le voir dans ce rôle d’Hervilly, un rôle d’amoureux noble mais éperdu, personnage auquel il donna maturité et beaucoup de prestance. Si sa stature lui seyait admirablement, il se fit aussi remarquer par son extraordinaire technique, dans sa batterie en particulier, mais aussi par sa puissance, notamment dans son manège de grands [...]


21 juin 2010

José Carlos Martinez dans Don Quichotte, campe un Basile d’une noblesse et d’une beauté fascinantes. Parfaitement à l’aise dans son personnage, il se distinguait en outre par une très belle élévation et une technique sans faille. Un fort beau danseur que Noureev n’aurait sans doute pas renié.
F.F.D.
J.M Gourreau


19 juin 2010

Fin, racé, José Carlos Martinez s’impose par sa rigueur de style et son élégance, et il marque ses rôles de sa personnalité originale et attachante.

Antoine d’Alarson

 

José Carlos Martinez stupéfie par sa virtuosité, son autorité princière.
Son style est admirable, sa présence rare.
René Sirvin
 

Fin, racé, à la chevelure de jais, le beau José Carlos Martinez [...]