Bio

José Carlos Martinez

Danseur Etoile, chorégraphe

Né en 1969 à Carthagène, en Espagne, José Carlos Martinez commence la danse dans sa ville natale puis entre au Centre de Rosella Hightower, à Cannes, dans la classe de José Ferran l’un des «fondateurs» de l’Ecole. En 1987, le Premier prix de Lausanne lui ouvre les portes de l’École de danse de l’Opéra de Paris. Il est engagé l’année suivante dans le Corps de ballet et devient « Sujet » en 1990. « Prix du public » 1991, il remporte en 1992 la médaille d’or du Concours International de Danse de Varna et reçoit le Prix du Cercle Carpeaux. Il est, cette même année, promu « Premier danseur ». Mats Ek le choisit pour être l’Hilarion de sa Giselle. A l’issue de la représentation de La Sylphide, le 31 mai 1997, il est nommé Étoile. Il sera à la fois l’interprète des princes lumineux et des monarques plus sombres, tels le Nosferatu de Jean-Claude Gallotta ou encore le terrible Ivan de Iouri Grigorovitch. Remarqué par les chorégraphes invités- et plus particulièrement ceux d’expression contemporaine- il créé également à l’Opéra Pas./parts de William Forsythe (1999), Appartement de Mats Ek (2000). Pina Bausch le choisit pour être Orphée dans son Opéra dansé Orphée et Eurydice (2008).

Il a également à son répertoire : Giselle, la Sylphide et Paquita (versions de Pierre Lacotte) , Les Sylphides (Fokine), Till Eulenspiegel (D’après Nijinski), la Symphonie fantastique, Parade et Le Tricorne (Massine), les productions de Noureev (Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant, Casse-Noisette, Raymonda, Don Quichotte, Cendrillon, Roméo et Juliette, La Bayadère), Suite en Blanc (Lifar), Etudes (Lander), Grand pas classique (Gsovsky), Soir de fête (Léo Staats), les œuvres de Balanchine (Le Palais de cristal, Sylvia pas de deux, Thème et Variations, les Quatre Tempéraments, Agon, Joyaux/Diamants, Tchaïkovski-pas de deux) celles de Béjart (XI Symphonie, Webern op.V, Le Concours, le Bolero), celles de Neumeier (Le Songe d’une nuit d’été, Waslav, Magnificat, Sylvia, La Dame aux Camelias), Le Messager du Chant de la Terre et Lescaut dans l’Histoire de Manon (MacMillan), Frollo dans Notre Dame de Paris, Don José dans Carmen et Pasacaille (Roland Petit), Rhapsody (Ashton), Temptations of the Moon (Martha Graham), Auréole (Paul Tailor), In The Middle, Somewhat Elevated, Pas./parts et Woundwork 1 (Forsythe), Stepping Stones (Kylian), Giselle, a sort of… et Appartement (Mats Ek), Les Variations d’Ulysses (Gallotta), Le Rire de la Lyre (Montalvo-Hervieu), Coppélius de Coppélia (Patrice Bart), Shéhérazade (Blanca Li), Oneguine (Cranko).

En dehors de ses activités à l’Opéra de Paris, José Carlos Martinez a dansé dans les plus grandes compagnies du Monde, et a formé le groupe « José Carlos Martinez en Compagnie » qui se produit régulièrement en Europe et particulièrement en Espagne.

Chorégraphe, il signe sa première création en 2002, Mi Favorita, dont il présente une nouvelle adaptation au Palais Garnier pour les spectacles Jeunes danseurs en 2003. Une première œuvre créée sur des musiques de Gaetano Donizetti, pour laquelle il puise dans son acquis de danseur la matière d’un ballet « classique », s’amusant à prendre quelques distances avec le répertoire qu’il cite ou détourne avec humour et fantaisie. Il chorégraphie la même année un pas de deux, Delibes Suite qui est également repris pour le spectacle des Jeunes danseurs de l’Opéra en 2006 et entrée au répertoire du San Francisco Ballet en 2007. En 2005, il livre une pièce pour les élèves de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris, Scaramouche, au travers de laquelle il renoue avec la tradition de pantomime de la Commedia dell’arte. La même année, il crée au Japon, Parenthèse 1, un solo pour Laëtitia Pujol et, en 2006, Soli-ter, dans le cadre des spectacles «d’Incidence Chorégraphique» puis Favoritita pour les danseurs du Junior Ballet du CNSMDP. Il présente en 2007 au Musée Picasso de Malaga en Espagne, El Olor de la Ausencia (L’Odeur de l’absence) un duo sur fond de guerre d’Espagne. En octobre 2008, il chorégraphie « Les Enfants du Paradis » d’après le chef d’œuvre du cinéma français de Marcel Carné et Jacques Prévert  pour le Ballet de l’Opéra de Paris.

En 2009 Il reçoit le «Prix Benois de la Danse »  pour cette Chorégraphie.

Il poursuit sa collaboration avec le CNSMDP en créant «Ouverture en deux mouvements» (2009)

En 2010, Il créé pour le Ballet national de Shanghai dans le cadre de l’exposition universelle  « Marco Polo, the last mission ».

Pour sa carrière de danseur, José Carlos Martinez a reçu  le prix Danza & Danza (1998), le Prix Léonide Massine pour son interprétation du Tricorne de Massine, le Grand prix national de la danse (Espagne, 1999), le Prix France/Chine (2004) et le Prix des Arts scéniques (Espagne, 2005). Il est Officier des Arts et Lettres.